En 2017, le projet de loi de finances fait la part belle aux réductions d’impôts immobiliers. Du dispositif Pinel au Crédit d’Impôt Transition Énergétique, la série de mesures reconduites et modifiées pour certaines a été pensée de façon à pouvoir être encore plus favorable aux particuliers voulant investir dans l’immobilier.

Dispositifs et mesures fiscales intéressants et attractifs

Le projet de loi de finances pour 2017 a définitivement été adopté le 20 décembre 2016. Après l’examen de plus de 240 pages et 3.300 amendements, les députés ont finalement décidé qu’en 2017, l’acquisition immobilière restera une priorité pour le gouvernement. Les particuliers souhaitant devenir propriétaires, mais encore hésitants, doivent donc profiter de la nouvelle année pour se décider. Dans le cas d’une insuffisance de ressources financières, il est bon de noter que la demande de crédit constitue une bonne alternative. L’idéal, c’est d’effectuer d’abord une simulation de crédit immobilier en cliquant ici. Très rapide, la simulation permet d’éviter les mauvaises surprises. Avant de se lancer toutefois, il est préférable de déterminer le type de projet immobilier à réaliser. De ce choix dépend en outre, le dispositif de défiscalisation auquel il sera possible de souscrire.

Prorogé jusqu’au 31 décembre de cette année, le dispositif Pinel permet aux propriétaires de profiter d’une baisse d’impôt de l’ordre de 12 à 21 %, en fonction de la durée de mise en location d’un bien neuf.

Prorogé jusqu’au 31 décembre de cette année, le dispositif Pinel permet aux propriétaires de profiter d’une baisse d’impôt de l’ordre de 12 à 21 %, en fonction de la durée de mise en location d’un bien neuf. Pour faciliter la transition énergétique dans les habitations, le gouvernement propose également le CITE, qui, lui aussi sera encore valable jusqu’à la fin de l’année. Ce crédit d’impôt équivaut à 30 % des dépenses de travaux effectués dans la résidence principale. Reconduit également, le dispositif d’investissement locatif Censi-Bouvard a subi toutefois une petite modification. Le projet de loi 2017 prévoit en effet d’exclure du champ d’application du dispositif Censi-Bouvard, tous les investissements faits dans les résidences de tourisme.

Les autres priorités du gouvernement avant la présidentielle 2017

Toujours dans le domaine de l’immobilier, le gouvernement actuel prévoit de mettre en place plusieurs aménagements efficaces, avant la présidentielle 2017. Parmi ces aménagements, il y a par exemple le projet de mobilisation des logements vacants, pour aider notamment les ménages modestes à trouver une habitation, à prix abordable. 100 000 biens installés en zone tendue seraient immédiatement mobilisables, selon le ministère. La rénovation énergétique des bâtiments est l’autre chantier prévu par l’actuelle ministre Emmanuelle Cosse. Pour y arriver d’ailleurs, la ministre prévoit de rapprocher les particuliers intéressés par la réalisation de travaux de rénovation énergétiques et les professionnels via la création de plusieurs plateformes.

100 000 biens installés en zone tendue seraient immédiatement mobilisables.

Il est aussi bon de noter qu’en terme d’immobilier, Emmanuelle Cosse envisage de créer dans l’hexagone, une nouvelle génération d’Écoquartiers, incluant quelques nouveaux paramètres comme la santé, la nature en ville, le bien-être et tout naturellement les écomatériaux. Ce projet n’en est néanmoins encore à l’heure actuelle qu’au stade embryonnaire.

Enfin, certains candidats à la présidence de 2017, notamment ceux de la droite ont énoncé quelques projets en matière de logement. Ces projets concernent entre autres :

– la simplification des dispositifs d’investissement locatif qui se traduirait par une facilitation de la fiscalité en la matière, une diminution sur les honoraires du notaire, et aussi un délai d’exonération de l’impôt sur les plus-values immobilières ramené à 15 ans

– la protection des propriétaires bailleurs en réduisant les contraintes dans les contrats locatifs, en renforçant les aides à la pierre et en mettant en place, un seuil maximal égal à 40 % des logements sociaux des grandes villes.

– l’aide aux primo-accédants dans l’exonération totale des impôts sur le revenu et des prélèvements sociaux sur les plus-values obtenus après 15 années de possession, dans la mise en place d’un prélèvement forfaitaire libératoire égale à 33,3 % des revenus fonciers déclarés par les bailleurs privés, ainsi que dans le remplacement du prêt à taux zéro par un nouveau dispositif qui garantirait l’apport des primo-accédants.

Comments

Aucun commentaire.

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

© Copyright . Tous droits réservés.