cigarette-electronique-sevrage-tabagiqueLa nouvelle a de quoi surprendre bien des professionnels de la santé. Le géant du tabac Imperial Tobacco vient de lancer sa cigarette électronique.

Le tabac est mort, vive la cigarette électronique ?

Il paraît logique de douter de la bienveillance du magnat: si tout son commerce repose sur la vente de tabac, pourquoi chercherait-il à aider ses clients à arrêter de fumer? Bien que la plupart des boutiques proposant la cigarette électronique revendiquent leur produit comme étant une aide dans le sevrage tabagique, Imperial Tobacco, lui, affiche clairement vouloir conquérir de nouveaux clients, en créant de nouveaux fumeurs.

Le marché de la e-cigarette est en plein développement, et l’industriel compte injecter plusieurs millions d’euros dans la vente et la promotion de sa création. Sa cigarette high tech, baptisée Jai, sera prochainement proposée dans la plupart des bureaux de tabac français.

La e-cigarette d’Imperial Tobacco remplace-t-elle vraiment le tabac ?

Si Jai ressemble à s’y méprendre à une cigarette classique, c’est parce qu’elle a clairement pour but de séduire une nouvelle cible. Le groupe vise déjà les sommets, en souhaitant conquérir 10% du marché des vapoteurs en 2015.

Contrairement aux cigarettes électroniques présentes sur le marché, celle d’Imperial Tobacco ne permet pas aux fumeurs de réduire le taux de nicotine qu’ils vapotent : la e-cigarette est scellée, contraignant son utilisateur à aspirer 16 à 18 milligrammes par millilitres. Impossible alors, de choisir son e-liquide en fonction de sa consommation. Un scandale pour les tabacologues qui mettent en avant les dangers d’une telle pratique, rendant impossible le sevrage en douceur.

La question reste donc de savoir comment un tel dispositif a pu être autorisé en France, alors que la législation sur la vente de ces produits se durcit de plus en plus.

Un produit de consommation et non un produit santé

Rappelons que si la e-cigarette est une aide à l’arrêt du tabac, elle n’en demeure pas moins attirante pour les adolescents et jeunes adultes, de par son apparence de gadget high tech. Une cigarette aussi poussée que la Jai (l’extrémité de la e-cigarette rougit quand on vapote), risque au contraire, d’encourager une certaine partie de la population à commencer à fumer.

L’autorisation de mise sur le marché de la Jai surprend les professionnels de la santé, qui s’inquiètent de sa capacité à séduire de nouveaux fumeurs. Reste à savoir dans quel cadre elle sera autorisée à la vente, alors que l’Etat renforce sa lutte contre le tabagisme.

Comments

Aucun commentaire.

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

© Copyright . Tous droits réservés.