Maison bretonnePosséder un bien immobilier en Bretagne est le souhait de nombreux français, mais pas seulement. Nos voisins européens apprécient eux aussi l’air iodé du littoral breton.

Fuir la Grande-Bretagne pour s’installer en (petite) Bretagne n’a plus rien d’une blague. En vue d’une sortie possible de l’euro, ceux qu’on appelle les ultra-riches vendent actuellement leurs biens immobiliers en Grande-Bretagne et cherchent à s’offrir un petit coin de paradis en dehors de leur île.

Traverser la Manche pour devenir propriétaire en Bretagne?

On pourrait penser à une blague il n’en n’est rien. Les fortunes de Grande-Bretagne s’exilent afin de payer moins d’impôts. Il parait d’abord surprenant de choisir la France, pays bien plus imposé, comme pied à terre et pourtant.

Actuellement, de nombreuses demeures de la rue Bolton, située dans le quartier de Kensington, soit le plus huppé de Londres, sont à vendre. Le prix moyen dans cette rue avoisine les 30 millions d’euros. Mais personne ne semble se bousculer pour acheter ces biens autrefois si recherchés.

La raison est simple, entre une possible sortie de l’Europe et une modification des taxes actuellement à l’étude, les ultra-riches craignent pour leurs finances. Actuellement, la plupart profitent d’une vieille loi pour ne pas payer d’impôt sur leur propriété, mais cette loi viendrait modifier la donne.

Ce qui n’est pas du tout au goût des ultra-riches, Lakshmi Mittal (propriétaire indien d’Arcelor Mittal) et Roman Abramovitch (propriétaire russe du club de football de Chelsea) en tête. Les deux hommes pourraient donc choisir prochainement de s’exiler ailleurs, y compris en France.

Un régime d’exception pour les impatriés

Evidemment, la France n’est pas le choix numéro un de la plupart de ces exilés, mais elle figure tout de même en bonne place derrière l’Asie, Monaco, ou encore, la Suisse.

La raison est simple: en France, le régime fiscal des impatriés garantit une exonération fiscale durant cinq ans. De quoi passer cinq jolies années à manger des kouign amann face à la Manche.

Faire construire une maison en Bretagne séduit les britanniques fortunés

Au-delà des avantages fiscaux, la Bretagne séduit les britanniques pour la richesse de son patrimoine, ses paysages reposants et son air iodé.
Les constructeurs de maison en Bretagne comme ce dernier, ne sont d’ailleurs pas surpris de recevoir régulièrement des demandes de construction de maison de la part de personnes britanniques.

Si l’Asie est plus attractive sur le plan financier, les moussons, l’écart de culture et l’air chaud et humide attire moins les riches fortunes que la campagne française.
En Bretagne comme sur tout le littoral français, on ne compte plus le nombre de maisons de vacances louées ou achetées par des britanniques. Voilà pour eux une raison de plus pour venir s’y installer à l’année.

 

 

 

 

 

Comments

Aucun commentaire.

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

© Copyright . Tous droits réservés.